Le joueur d’échecs, de Stefan Zweig

18 Mar

« Prisonnier des nazis, Monsieur B., en dérobant un manuel d’échecs, a pu, à travers ce qui est devenu littéralement une folle passion, découvrir le moyen d’échapper à ses bourreaux. Libéré, il se retrouve plus tard sur un bateau où il est amené à disputer une ultime partie contre le champion Czentovic. Une partie à la fois envoûtante et dérisoire… Quand ce texte paraît à Stockholm en 1943, Stefan Zweig, désespéré par la montée et les victoires du nazisme, s’est donné la mort l’année précédente au Brésil, en compagnie de sa femme. La catastrophe des années quarante lui apparaissait comme la négation de tout son travail d’homme et d’écrivain. Le joueur d’échecs est une confession à peine déguisée de cette désespérance. »

Avant tout, je tiens à préciser que j’ai enfin décidé de sortir ce livre de ma PAL pour le baby challenge Classique. J’avais il y a quelques temps lu mon premier Zweig, avec Vingt-quatre heures de la vie d’une femme, et j’avais adoré. Vu l’engouement qu’il avait suscité en moi, je n’ai pas tardé à sortir ce petit livre de ma bibliothèque, et j’ai bien eut raison. D’abord, il est vraiment très court, et donc très rapidement lu, ce n’est donc pas comme si vous preniez le risque de passer une semaine dessus. Loin de là. Et franchement, je n’aurais pas râlé contre quelques pages en plus d’ailleurs.

Ce que j’ai le plus aimé, c’est cette mise en abyme, que j’avais déjà retrouvée dans mon premier Zweig, et que j’avais adoré, où l’on retrouve donc du récit dans le récit déjà présent. J’entends par là, que l’histoire démarre simplement, et que finalement, dans cette histoire, on nous raconte une nouvelle histoire, LA vraie histoire de l’auteur. Bon, je ne suis pas sûre d’être très claire, mais bon, ce n’est pas si important que cela en fin de compte. Petit détail, qui ne vous influencera pas, mais ce livre a fait monté en moi des souvenirs, en ce qui concerne ce jeu qu’est l’échec. J’étais loin d’être douée, mais j’adorais y jouer. Bref ! Du coup, lire ce petit livre m’a fait me rappeler cette époque, et ça m’a vraiment donné envie d’y rejouer. Je vous avais bien dit que c’était un petit détail.

Notons aussi que quand on nous parle de la période nazis, on pense tout de suite aux camps de concentrations et à cette horreur-là, mais ici, c’est un autre processus qu’on découvre – a-t-il vraiment été utilisé ? À voir. En tout cas, découvrir cet envers du décor fut extrêmement intéressant, et également horrible et choquant. C’est à ce moment là qu’on se rends compte à quel point le fait d’être seul, sans rien pouvoir faire, sans la moindre distraction, la moindre discussion possible, est la pire des tortures inimaginable. Au final, on comprends rapidement combien il est important de s’occuper, sans quoi on peut littéralement devenir fou. De même, à travers Le joueur d’échecs, on découvre combien une occupation peut nous détruire. Vous comprendrez mieux en le lisant, ce que je vous conseille d’ailleurs fortement.

En somme : intense, tout simplement. Courrez le lire, vous ne perdrez rien.

Publicités

2 Réponses to “Le joueur d’échecs, de Stefan Zweig”

  1. accroauxmots 19/03/2012 à 13:36 #

    J’ai moi aussi lu Vingt quatre heures dans la vie d’une femme que j’avais beaucoup aimé, il faut d’ailleurs que je lise Clarissa ! Je note celui là dans ma wish list ( qui ne cesse d’augmenter … 😀 )

    • askmetoread 19/03/2012 à 16:26 #

      Et bien je te conseille vivement celui-ci. J’aime beaucoup l’auteur, après ces deux superbes découvertes, et j’ai bien envie de continuer sur cette lignée ! La confusion des sentiments est le dernier que j’ai dans ma PAL, mais j’ai envie de le faire traîner, car je sais qu’après, je n’en aurais plus pour le moment x)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :