L’élégance du hérisson de Muriel Barbery

8 Jan

 » Je m’appelle Renée, j’ai cinquante-quatre ans et je suis la concierge du 7 rue de Grenelle, un immeuble bourgeois.
Je suis veuve, petite, laide, grassouillette, j’ai des oignons aux pieds et, à en croire certains matins auto-incommodants, une haleine de mammouth. Mais surtout, je suis si conforme à l’image que l’on se fait des concierges qu’il ne viendrait à l’idée de personne que je suis plus lettrée que tous ces riches suffisants.

Je m’appelle Paloma, j’ai douze ans, j’habite au 7 rue de Grenelle dans un appartement de riches.
Mais depuis très longtemps, je sais que la destination finale, c’est le bocal à poissons, la vacuité et l’ineptie de l’existence adulte. Comment est-ce que je le sais ? Il se trouve que je suis très intelligente. Exceptionnellement intelligente, même. C’est pour ça que j’ai pris ma décision : à la fin de cette année scolaire, le jour de mes treize ans, je me suiciderai. « 

Peu de temps après sa sortie, il me semble que ce livre a bien fait entendre parler de lui. En le voyant pour la je ne sais combientième fois sur l’une des étagères de mon grand-père, je n’ai pas su résister, et je le lui ai emprunté. Finalement, en deux ou trois jours, c’était bouclé. Il s’agit d’ailleurs du dernier livre lu en 2011. Enfin bref, voilà comment ce livre a atterri ici. Est-ce que je l’ai aimé ? Plutôt, oui. Mais j’étais assez mitigé à la fin de cette lecture. Je n’arrivais pas à me décider si j’avais vraiment aimé ou non. C’était un ressenti assez bizarre en fin de compte. Mais, après mûre réflexion, et vu les points critiqués, je considère que j’ai effectivement apprécié cette lecture, malgré certains défauts. Mais commençons d’abord par le positif, voulez-vous ?

En premier lieu, je tiens à préciser que j’ai beaucoup aimé que le roman soit divisé en chapitres, commençant toujours par une petite citation le résumant bien où un poème chinois – je n’ai pas retenu le nom de ces poèmes là, désolée. Qui plus est, tout au long du roman, l’auteure nous offre la possibilité de découvrir les points de vues de nos deux protagonistes à travers des chapitres bien distinct. J’ai bien aimé ce mélange. Quelques uns de Renée, puis un de Paloma. Sans compter que les chapitres sur Paloma sont extrêmement intéressants. D’ailleurs, parlons-en de ces pensées. Elles sont belles. Certains chapitres m’ont vraiment beaucoup plu, comme le journal du mouvement du monde. Dans ces chapitres, Paloma nous décrit une situation assez banale, mais avec un petit détail qui sort du lot et devient alors spectaculaire. J’ai beaucoup aimé ce point et l’importance des détails, des petites choses. Cela dit, je dois dire que j’ai été assez surprise que cette jeune fille, très jeune, puisse être réceptive à tout cela, et comprendre beaucoup plus de choses que certains enfants de son âge. Oui, je sais, elle est plus intelligente que la moyenne, certes, mais… Non je sais pas, il y a quand même un hic quelque part, non ? Mais passons. À noter que les personnages secondaires sont pas mal dans le genre. Mon préféré reste le fameux Mr Ozu, pour la simple et bonne raison qu’il se rapproche peu à peu des deux, tandis que Manuela n’est que l’amie de Renée. Et puis, le petit plus c’est la fin, quand même. Les rôles ont été inversés, et ça m’a bien plu. Je ne peux pas vous en dire plus au risque de vous spoiler.

Mais l’élégance du hérisson est surtout une rencontre. Une vraie, comme celle décrite dans le livre. Ce n’est pas que deux êtres humains qui se voient pour la première fois, se présentent, et s’entendent bien. Loin de là. Ce sont deux personnes qui lisent à travers l’autre, et qui arrivent à voir ce que d’autres ne voient pas. Et finalement, ça change tout. N’oublions pas non plus que Renée, la concierge, est quelqu’un de très cultivée qui fait tout pour le cacher, comme pas obligation, par devoir. Ce livre critique également tous les préjugés qu’on peut avoir. Comme si une concierge ne pouvait pas connaitre un minimum de choses ! Bref, ce côté là aussi m’a vraiment plu. Oh, et j’allais encore oublier un petit point. Au début, on nous raconte des histoires, des petites anecdotes quoi. Et puis, on se demande quand même ce que ça vient faire là. Au fond, on s’en fiche que le fils d’un des proprio il se soit défoncé et qu’il est tombé amoureux des camélias, non ? Mais justement, non, on ne s’en fiche pas. Ces petites anecdotes trouvent leur réponses plus loin. En gros, j’ai apprécié le fait que les anecdotes soient reprises et exploitées vers la fin.

Côté négatif, qu’est-ce qu’on retrouve ? Et bien des phrases longues, voire interminables par moment, et qui pourraient faire de la concurrence à celles de Marcel Proust. Les dites phrases sont parfois trop entrecoupées par des virgules, ou des détails inutiles y sont intercalés. Au final, je ne vais pas le cacher, je m’y suis perdu plus d’une fois. Encore qu’en journée, ce serait sans doute plus facile à lire et à comprendre, mais la nuit, absolument pas. Mais le gros, gros côté négatif du roman, c’est tout cet étalage de culture, et ce côté philosophique. Je ne vous cache pas que plus d’une fois, j’ai eu l’impression d’être retournée en terminale L et d’être en train d’étudier un passage philosophique de je ne sais quel auteur. C’est vraiment lourd, pesant, et inutile. Je n’ai pas trop compris pourquoi ces passages se trouvaient là mais bon. Ils m’agaçaient tellement que j’ai failli poser le livre plus d’une fois. Sauf que c’est quelque chose que je déteste faire, et que j’ai continué ma lecture. À force, je lisais ces passages sans vraiment les lire, sans chercher plus loin. Mais c’est tout de même très énervant et pénible d’être confronté à ce genre de passage.

En somme : Une belle leçon derrière, malgré de gros défauts pesants pour le lecteur.

Publicités

8 Réponses to “L’élégance du hérisson de Muriel Barbery”

  1. mimigogotte 08/01/2012 à 15:58 #

    J’ai eu le même sentiment lors de ma lecture. J’ai du relire parfois plusieurs fois certaines phrases trop longues…
    Bon dimanche 🙂

    • askmetoread 08/01/2012 à 16:24 #

      Ca me rassure un peu x) Cela dit, je crois qu’avec ce roman c’est un peu comme ceux d’Amélie Nothomb. Soit on aime, soit on déteste.
      Bon dimanche à toi aussi =D

  2. Lady K 12/01/2012 à 17:55 #

    Je me rappelle en effet qu’à sa sortie il a fait beaucoup parler de lui ce livre … bizarrement je m’y suis jamais vraiment intéressé, pourtant beaucoup de monde en dit du bien …

    Après lecture de ton avis, je vais peut-être y réfléchir, surtout qu’il est sorti en poche depuis !

    • askmetoread 12/01/2012 à 18:03 #

      J’aime bien la couverture du poche d’ailleurs, enfin surtout les couleurs je crois x)
      Il y a du bien, beaucoup de bien même, dans ce roman, selon moi en tout cas, mais il y a aussi du mauvais, comme l’étalage de culture de l’auteure – dont je ne me suis à priori toujours pas remise xD Mais j’aime bien le fond de l’histoire, donc, rien que pour ça, je te le conseillerais.

      • Lady K 12/01/2012 à 18:06 #

        « La culture, c’est comme la confiture, moins tu en as, plus tu l’étales »

        Hmmm … enfin, j’en sais rien en ce qui concerne l’auteur hein, mais j’aime bien cette citation. Et je te rejoins c’est chiant au possible !

        • askmetoread 12/01/2012 à 18:18 #

          Haha, j’aime bien cette citation. En plus, c’est véridique ^^

          On est d’accord. Après, peut-être que ce qu’elle raconte t’intéressera hein, c’est déjà arrivé, mais sinon, c’est vrai que c’est lourd. Malgré tout ça reste une belle histoire, vraiment.

  3. Enigma 18/01/2012 à 21:16 #

    J »ai envie de le lire mais j’hésite avec les points négatifs que tu as exposé…

    • askmetoread 19/01/2012 à 12:15 #

      Le livre est intéressant malgré les points négatifs. Tu devrais peut-être essayer en l’empruntant, comme ça, ça ne te fera pas mal de l’avoir acheté ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :